App Icon
Chant de France
★★★★★
logo Chants de France
WEBZINEicone loupeicone calendriericone utilisateur
Promo for mobile
brushbrush
Photo de la chanson Au 31 du mois d'Août

Paroles de Au 31 du mois d'Août

La chanson 'Au 31 du mois d’août' est un hymne marin français du XIXe siècle, inspiré de l'épisode où le corsaire Robert Surcouf et son équipage, à bord de La Confiance, capturèrent le Kent, un trois-mâts indiaman britannique de 1200 tonneaux. Le tableau de la bataille entre le Kent et La Confiance, peint par Ambroise Louis Garneray, témoigne de cet événement historique.Bien que la chanson tire son inspiration de cette prise, elle présente des différences dans les dates, les lieux et les dimensions des navires par rapport à l'histoire réelle. Les paroles, imprégnées d'un esprit maritime et d'un patriotisme affirmé, célèbrent la victoire française sur les Britanniques. L'événement historique réel se déroula le 7 octobre 1800 près de l'embouchure du Gange, alors que le Kent croisa la corvette corsaire La Confiance. Malgré la disparité de taille entre les navires, Surcouf réussit à aborder le Kent et à le capturer. Les pertes britanniques s'élevèrent à 14 morts et 44 blessés, tandis que les Français ne déplorèrent que cinq morts et une dizaine de blessés.Quant à la chanson, ses origines exactes demeurent incertaines, avec de nombreuses variantes régionales. En 1941, elle était attribuée à la Bretagne. Elle est considérée comme un authentique chant de la Royale, la marine royale française, et demeure intégrée au répertoire des chansons militaires françaises au XXIe siècle.La structure du chant repose sur une mélodie de marche militaire préexistante, utilisée comme chant de gaillard d'avant, destiné à accompagner les moments de détente des marins. Elle comprend six couplets de cinq vers, dont les deux premiers sont répétés. Certaines interprétations traditionnelles ne comportent pas de refrain, le refrain (\Buvons un coup...\) étant chanté en tant que dernier couplet.Le refrain de la chanson s'accompagne d'une gestuelle spécifique, où chaque chanteur entrelace ses bras avec ceux de ses voisins pour former une chaîne humaine. Ce mouvement de balancement de gauche à droite reproduit le tangage d'un navire. Ce geste est initié à la fin du deuxième couplet avec la phrase \pour aller crocher à son bord\. Selon Adeline Poussin, cette gestuelle est généralement dirigée par un sous-officier âgé parmi les militaires, entraînant la participation de soldats jusqu'aux gradés les plus élevés.\
Avec la contribution de L'équipe Chants de France
brushbrush

Paroles et partition du 31 du mois d'août.


1 - Au trente-et-un du mois d'août (bis)
Nous vîm's venir sous l' vent à nous (bis)
Une frégate d'Angleterre
Qui fendait la mer-z-et les flots :
C'était pour attaquer /aller à Bordeaux


(Refrain) Buvons un coup, buvons en deux,
A la santé des amoureux
A la santé du Roi de France,
Et merd' pour le Roi d'Angleterre
Qui nous a déclaré la guerre!


2 - Le Capitain' au même instant (bis)
Fit appeler son lieutenant, (bis)
" Lieutenant, te sens-tu capable :
Dis-moi te sens-tu, assez fort
Pour prendre l'Anglais à son bord ?"


3 - Le Lieutenant, fier-z-et hardi (bis)
Lui répondit: " Capitaine oui! (bis)
Faite branle-bas à l'équipage
Je vais hisser notre pavillon
Qui restera haut, nous le jurons"


4 - Le maître donne un coup d'sifflet (bis)
Pour faire monter les deux bordées (bis)
Tout est paré pour l'abordage
Hardis gabiers, fiers matelots
Braves cannoniers, mousses et petiots


5 - Vir' lof pour lof en arrivant (bis)
Nous l'attaquâm's par son avant (bis)
A coups de haches d'abordage,
De piques, de sabres, de mousquetons,
Nous l'avons mis à la raison


6 - Que dira-t-on de lui tantôt (bis)
A Brest, à Londres et à Bordeaux (bis)
De s'être ainsi laisser surprendre
Par un corsaire de six canons,
Lui qu'en avait trente et si bons 


(Dernier refrain) Buvons un coup, buvons en deux,
A la santé des amoureux
A la santé des vins de France,
A qui nous devons le succès
d'être vainqueur sur les Anglais!


Promo for mobile
Écouter sur :

La Newsletter du Terroir

Plongez au cœur de la musique populaire de France

Abonnez-vous pour recevoir chaque semaine :

  • Des chants traditionnels et populaires issus de toutes les régions françaises
  • Des histoires captivantes sur notre patrimoine musical et culturel
  • Des informations exclusives sur les événements locaux ou l’on chante !
  • Des playlists thématiques pour animer vos moments de partage et de convivialité

Ne manquez plus une seule note du terroir !

Inscrivez-vous dès maintenant et découvrez la richesse de notre terroir !

Retrouvez Au 31 du mois d'Août dans les catégories suivantes

Rechercher un chant

A propos du chant "Au 31 du mois d'Août"

La chanson 'Au 31 du mois d’août' est un hymne marin français du XIXe siècle, inspiré de l'épisode où le corsaire Robert Surcouf et son équipage, à bord de La Confiance, capturèrent le Kent, un trois-mâts indiaman britannique de 1200 tonneaux. Le tableau de la bataille entre le Kent et La Confiance, peint par Ambroise Louis Garneray, témoigne de cet événement historique.



Bien que la chanson tire son inspiration de cette prise, elle présente des différences dans les dates, les lieux et les dimensions des navires par rapport à l'histoire réelle. Les paroles, imprégnées d'un esprit maritime et d'un patriotisme affirmé, célèbrent la victoire française sur les Britanniques. L'événement historique réel se déroula le 7 octobre 1800 près de l'embouchure du Gange, alors que le Kent croisa la corvette corsaire La Confiance. Malgré la disparité de taille entre les navires, Surcouf réussit à aborder le Kent et à le capturer. Les pertes britanniques s'élevèrent à 14 morts et 44 blessés, tandis que les Français ne déplorèrent que cinq morts et une dizaine de blessés.


Quant à la chanson, ses origines exactes demeurent incertaines, avec de nombreuses variantes régionales. En 1941, elle était attribuée à la Bretagne. Elle est considérée comme un authentique chant de la Royale, la marine royale française, et demeure intégrée au répertoire des chansons militaires françaises au XXIe siècle.


La structure du chant repose sur une mélodie de marche militaire préexistante, utilisée comme chant de gaillard d'avant, destiné à accompagner les moments de détente des marins. Elle comprend six couplets de cinq vers, dont les deux premiers sont répétés. Certaines interprétations traditionnelles ne comportent pas de refrain, le refrain ("Buvons un coup...") étant chanté en tant que dernier couplet.


Le refrain de la chanson s'accompagne d'une gestuelle spécifique, où chaque chanteur entrelace ses bras avec ceux de ses voisins pour former une chaîne humaine. Ce mouvement de balancement de gauche à droite reproduit le tangage d'un navire. Ce geste est initié à la fin du deuxième couplet avec la phrase "pour aller crocher à son bord". Selon Adeline Poussin, cette gestuelle est généralement dirigée par un sous-officier âgé parmi les militaires, entraînant la participation de soldats jusqu'aux gradés les plus élevés."

Commentaires (0)

    RÉSEAUX SOCIAUX
    icone twittericone spotify
    Répertoire
    Contribuer
    On se retrouve
    Webzine
    Liste des chants
    Liste des carnets
    Mentions légalesConditions générales d'utilisationPolitique de gestion des donnéesContact
    buste d'un homme chantat à pleine voixVOIR LE REPERTOIREicone apple store
    APPLE STORE
    icone play store
    PLAYSTORE